Journalisme, qu'en dis-tu ?

Journaliste, y es-tu ? qu'en dis-tu ? Il va falloir s'y habituer : le journaliste a son grain de sel à mettre dans l'information qu'il distille. Comme un blogueur, en somme; comme "l'auteur de ces lignes", certes, mais moi, ça ne compte pas... Le problème, c'est que le texte est généralement validé, pour ne pas dire adoubé, par un journal que l'on voudrait rigoureux, sans parler du fait que personne ne le demande vraiment à l'auteur.

Letemps160816

LeTemps.ch, daté du 16.08.2016

Un avis sur tout, et surtout un avis !

L'article sur Internet consiste finalement en un avis argumenté, renforcé par des chiffres. Internet en soi consiste en un tout à l'ego.
L'important n'est pas tant d'apporter sa pierre à l'édifice, que de graver son nom sur la pierre, avant de la poser. L'enjeu est simple, faire réagir, littéralement, par un clic ou un commentaire. Avec le web, les règles du jeu se sont assouplies, dans cet espace indéfini qui fait côtoyer les nuages (du moins le Cloud).

Pour qu'un "papier" soit efficace sur le web, voici l'élémentaire:

1- du français correct à 98%
parce que les erreurs de grammaire et d'orthographe passeront par pertes et profits

2- des intertitres hameçons
parce que le lecteur ne doit pas repartir de la page trop rapidement

3- un ton amical, décontracté
le web est cette agora où l'on est tous des poteaux

4- des puces ou un ordre croissant (comme là)
Avouons que ça rend la démonstration tout de suite plus percutante et plus fiable

Pour certains sites :

5- du pompage d'infos à gogo
tant pis pour les risques d'intox...

 

24heures

24 heures.ch, daté du 19.07.2016

Elevez vos attentes, que diable!

D'accord, un style détendu ne nuit pas à la qualité de l'information ; d'accord, il est agréable de flâner un peu sur le web... Ne trouvez-vous pas gênant, cependant, de passer du temps sur un article rempli d'inanités ?

La seule approche tout à fait d'aujourd'hui et de demain, c'est - une fois encore - de miser sur la qualité. Pas de logorhée à mauvais escient, pas de communication ultra protégée qui retire la moindre chance de substance, juste de l'info confirmée et les mots qu'il faut.

Parler, écrire "juste", selon le vieux principe du "medèn ágan" (rien de trop, juste milieu), c'est une gageure monumentale. Personnellement, mon temps est précieux. Le vôtre, aussi, probablement. Ne le perdez pas avec du mauvais contenu.

Non à ces phrases pleines d'auto-satisfaction !

Hitek

hitek.fr, 17.08.2016

Xavierstuder 1

Xavier Studer, 17.08.2016

actualité société rhétorique