Visibilitas visibilitatum

Le réseau social est une nouvelle agora, où l'on badine et vitupère, où l'on pavoise aussi. L'enjeu, de taille, pour toute entreprise soucieuse de son rayonnement, est donc d'être présente et attractive, mais également d'avoir le mot juste. Car la richesse et la beauté intérieure doivent être mises en valeur avec brio.

Banane

Dans ce billet, je vous donne quelques clés pour bien communiquer. Avec en filigrane, la certitude que la communication, c'est comme les relations humaines, si on donne tout, tout de suite, l'intérêt meurt sur le coup.

Comment en montrer ni trop ni trop peu

  • Tourner 7 fois ses index avant de commettre un tweet

L'orthographe et la grammaire sont deux choses, le ton et le propos en sont deux autres. Il faut également faire attention à la qualité du lien (pour espérer que certains le suivent). Deux choses importantes, encore: le timing, comme souvent et le tempo de vos apparitions.

  • Choisir la photo qui met vraiment en valeur vos forces

Les téléphones peuvent faire des merveilles, mais une belle image demande "un minimum" de travail, pour un maximum d'effet. A ne surtout pas négliger.

  • Répondre avec professionnalisme aux commentaires

Un message a priori inoffensif à l'oral mais qui risque d'être perçu comme arrogant est foncièrement désastreux. A plus forte de raison lorsqu'il est visible par tout un chacun.

 

 

"Demain, j'enlève le bas"

Stage d'orthographe Genève
  • Doser ses apparitions en fonction de la taille de sa communauté

Trop de communication tue la communication, c'est bien connu. Occuper l'espace public, a des résultats. Par contre, sur Facebook, le risque est grand d'être à force blacklisté. La qualité de votre message fera boule de neige.

  • Raconter une bonne blague pour que ceux qui l'entendent aient envie de la partager

L'illustration ci-contre est en fait un costume à acheter pour une soirée déguisée. Vous ne l'aviez pas vu ? Cet autre niveau de lecture permet à chacun d'y trouver son compte. Entre burlesque et ridicule assumé, le deuxième dégré est souvent salué. En communication, il n'y a  (de toute façon) pas de premier degré.

  • L'information, un but plus qu'un moyen

Il faut qu'il se passe un truc, quelque chose qui sorte de l'ordinaire. Dans un contexte saturé d'informations, on attend la suivante entre espoir et lassitude. A vous de faire l'événement pour qu'on en parle!

communication relation client rhétorique